Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

GR 249. Étape 01: Málaga - Rincón de la Victoria

GR 249. Étape 01: Málaga - Rincón de la Victoria
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Type localisation Costa
Distance 15600 m.
Temps de marche estimé 3:20 h.
Dénivelé net en mètres 75 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 40 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 35 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 1
Dénivelé net 1
Difficultés de déplacement 1
Quantité d'effort nécessaire 2
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)

Résumé de l'étape

Résumé de l'étape
Description
Accès
Caractéristiques
Lieux de passage
Sentiers en liaison avec
Façons de tournée
  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 15600
    Tronçons en asphalte ou en béton 10300 66 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 4400 28 %
    Tronçons de sentier 900 6 %
    Tronçons de chemin de transhumance 0 0 %
  • Sites d'intérêt

    Lieux de passage

    Dans le sens de la marche
    Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
    1 Km Cero de la Sede de la Diputación Provincial de Málaga 30S

    x=36.6888150525616
    y=-4.44411420961842

    0,0 km
    2 Monumento al Espetero 30S

    x=36.6950434833145
    y=-4.43887722476734

    1,0 km
    3 Puente sobre el Río Guadalmedina 30S

    x=36.7108811105843
    y=-4.42615191007508

    3,2 km
    4 Muelle 1 30S

    x=36.717392149420064
    y=-4.41836742640954

    4,2 km
    5 La Farola y Espigón del Puente de Málaga 30S

    x=36.713612722009
    y=-4.41479354618684

    5,2 km
    6 Baños del Carmen 30S

    x=36.7214254533397
    y=-4.38201679478493

    8,5 km
    7 Puerto del Candado 30S

    x=36.7151587736268
    y=-4.34520260501688

    12,0 km
    8 Peñón del Cuervo 30S

    x=36.7134230678409
    y=-4.33443517004002

    13,2 km
    9 Torre Vigía de las Palomas 30S

    x=36.7124355875891
    y=-4.32762206794393

    14,0 km
    10 Fin de la Etapa 1 en el Arroyo Totalán 30S

    x=36.7132540304991
    y=-4.31561141813768

    15,6 km
  • Façons de tournée

    La plus grande partie du parcours suit une piste cyclable qui coïncide avec le tracé, sauf à certains moments où il est nécessaire de circuler en parallèle sur la chaussée et parfois même de nous en éloigner un peu.
    • À pied
    • À bicyclette

D'intérêt

Cartographie
Communes
Sites d'intérêt
Accessibilité
  • Cartographie

    Cartes Topographiques Nationales d’Espagne - Échelle 1:25 000 : La première partie de l’itinéraire se trouve sur la feuille 1053-III (Malaga). À partir du kilomètre 11,2 consulter la feuille 1053-IV (Rincón de la Victoria).

  • Communes

    Málaga

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

    Rincón de la Victoria

    Où manger

    Cliquez ici.

    Où dormir

    Cliquez ici.

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The main watercourse of Stage 1 is the Guadalmedina River, which crosses the walk at the very start of the journey. Originally the river was known as the Río de la Ciudad, the City River, and indeed Málaga has been built on both sides of it. The river reaches the sea in the western part of the port, practically in the city centre. Málaga and its river have shared a difficult past and despite recent efforts, there is still no solution of how to integrate the river into the modern city combining conservation and exploitation.

    The Guadalmedina has its source in the Sierra de Camarolos in Central Limestone Arch, El Arco Calizo Central, and flows south along the Natural Park of the Montes de Málaga on its left side. This Natural Protected Area was created when pine trees were planted as part of a reforestation and water conservation plan, which also included construction of dams and two reservoirs: El Agujero and El Limonero.

    The plan was triggered by the violent flooding in September 23, 1907, which resulted in many deaths and extensive property damage. This was just one of the last in the series of events caused by deforestation. An additional problem was the necessity to abandon the hillside plots dedicated to vine growing due to the epidemic of phylloxera. Growing vines was the main force behind the nineteenth century Málaga´s economy, with additional profits coming from marketing as well as selling the main product. Today the whole length of Guadalmedina is channelled as it crosses Málaga and the river harbours small numbers of fish where it is deep enough. This does not always happen as the river climbs for nearly 50 kilometres. The river runs through fragments of galleried woods, remnants of what the river banks should look like. From the bridge across the access motorway to the port, between Puente del Carmen and the railroad, it is easy to find large mullet fish browsing around in the still waters of the delta as well as some sea birds seemingly not bothered by the traffic noise.

    Other watercourses which cross the Gran Senda de Málaga at this stage are smaller, however they form an integral part of the city’s fabric.

    El Arroyo Toquero flows into the sea at La Caleta and it is barely perceptible to the walker. Next you will pass by the Arroyo Jaboneros, which comes from Los Montes de Málaga. The riverbed is quite wide; however there has still been some fl ooding, especially during torrential rains. From the bridge across the stream you can make out in the distance El Monte San Antón, a limestone outcrop which is quite iconic to the “malagueños”. There are a few reed beds and small clumps of tamarisk here and there; little more can be sustained in the stream delta due to its entirely urban character. The bank of the watercourse is used as a footpath, the PRA-119 and a place to stroll or walk your dog.

    El Arroyo de Gálica, its waters significantly reduced during the summer season, flows into the sea at the El Palo beaches, while the Judío stream ends at the Peñon del Cuervo. Both streams trickle off the shale slopes that the Autovía del Mediterráneo motorway cuts through; this gives the names of the streams some exposure, as the high road bridges have been named after them.

    El Arroyo Totalán marks the end of Stage 1 of the walk and the start of the city limits of Rincón de la Victoria. It is quite a long watercourse which comes from the Totalán village (named after the stream) in the Axarquía region and then flows through the district of the Málaga province area called Olías. The vegetation along the stream delta consists of thick cane and of some tree copses upstream. On the right bank of the delta, bordered by the N-340 road, there are a few reddish limestone outcrops whose origins partially stem from cliffs shaped by marine environment and gullies carved out by flowing water. The outcrops have been used by a rock climbing school.

    Finally, it is noteworthy that the Gran Senda de Málaga passes over, from time to time, waste water channels leading from Málaga city. The proximity of houses to the coast calls for the use of 26 pump stations to carry the waste water up to the two main water treatment facilities situated on the left bank of the Guadalhorce (quite close to the start of Stage 1) and at the Peñon del Cuervo (km 13.3) about a kilometre inland along the Arroyo del Judío valley. Drinking water management in Málaga is completed at the main stations for drinking water Estaciones Potabilizadores El Atabal, Limoneros y Pilones, which store drinking water mainly from the three El Chorro reservoirs, from La Viñuela in La Axarquía and the Concepcion one in Marbella.

  • Faune

    Oiseaux

    La première étape traverse la bande côtière de la commune de Malaga et en partie celle de Rincón de la Victoria, les espèces dominantes sont donc celles adaptées à vivre dans un milieu urbain et celles liées au front de mer. Les villes ainsi que les villages, loin d’êtres dépourvus de biodiversité, sont des observatoires idéaux pour connaitre en détail quelques espèces intéressantes et découvrir des comportements difficilement observables dans d’autres milieux. Certaines espèces se sont tellement habituées à vivre aux côtés de l’espèce humaine, que leur survie en dépend pratiquement.

    Il est vrai que le paysage urbain offre un grand nombre de micro habitats dont profitent des espèces ayant différentes exigences écologiques. Le parc de Malaga accueille des oiseaux typiquement forestiers, qu’on trouve habituellement dans les forêts les mieux conservées de la province. La cathédrale, qui ressemble à une formation rocheuse, sert de lieu de reproduction à des espèces caractéristiques de zones montagneuses, comme le faucon pèlerin. Le port de Málaga et les plages parcourues dans cette étape, servent de lieu de repos à de nombreux oiseaux de mer et de rivage, pendant leur périple migratoire.

     

    Espèces singulières

    Les espèces typiquement urbaines et de rivage sont sans aucun doute les protagonistes de cette étape. Parmi les oiseaux de rivage on trouvera les grands cormorans et les hérons cendrés, qui fréquentent le littoral de Malaga et spécialement les quartiers de Pedregalejo et El Palo, situés en front de mer. Ils sont attirés par la source d’aliments que constituent les cages piscicoles, situées en face de la plage du Chanquete, dédiées à l’élevage de daurades et de bars.

    Parmi les rapaces, l’aigle botté est de plus en plus commun en hiver, dans les environs du port et du mont Gibralfaro, ainsi que le faucon crécerelle et le faucon pèlerin à proximité du parc de Malaga et de son port. On peut remarquer que les cheminées présentes au début de l’étape et qui témoignent du passé industriel de la ville de Malaga, servent de perchoirs aux faucons pèlerins qui nidifient sur la cathédrale et qui utilisent l’embouchure du fleuve Guadalhorce comme source d’alimentation. Sur la plaza del Obispo il n’est pas rare de trouver, en bas du nid situé sur la tour de la cathédrale, des restes de limicoles (petits échassiers) et d’autres oiseaux ayant servi de repas aux jeunes.

    Le goéland leucophée, le goéland brun et la mouette rieuse sont très courants, principalement durant l’hiver, ainsi que la sterne caugek et les limicoles tels que le bécasseau sanderling et le tournepierre à collier. Les bécasseaux sanderling sont très faciles à identifier puisqu’ils ont tendance à rester groupés à même la rive, suivant le rythme des vagues, a la recherche de petits invertébrés et évitant de mouiller leurs petites pattes, leurs allées et venues sont donc continues.

    En hiver, et avec l’aide de jumelles ou de télescopes, on pourra observer des labbes (stercorariidés) poursuivant les mouettes ou les goélands afin de leur voler de la nourriture, ainsi que des fous de Bassan se jetant à l’eau pour pécher. La variété domestique du pigeon biset et la tourterelle turque sont visibles tout le long du parcours, mais les concentrations les plus importantes se trouvent dans les environs du port de Malaga, où ils trouvent facilement de la nourriture.

    Au printemps et en été le ciel de cette étape est continuellement survolé par des martinets pâles et noirs, qui réduisent considérablement la quantité d’insectes volants de notre environnement (des dizaines de milliers de martinets mangent, chaque jour, une quantité de moustiques non négligeable). Parmi les passereaux on peut distinguer les hirondelles rustiques et les hirondelles de fenêtre, la bergeronnette grise, le merle noir et le rouge gorge, le pouillot véloce et la fauvette mélanocéphale, la mésange charbonnière, le corbeau, l’ étourneau unicolor (durant toute l’année) et sansonnet (durant l’hiver), le moineau domestique, le chardonneret élégant, le serin cini et le verdier d’Europe. Récemment, une espèce s’est intégrée à la faune ornithologique urbaine de l’Espagne, la perruche moine, que nous entendrons et observerons sans aucun doute tout le long de cette étape, elle est de plus en plus présente sur tout le littoral de la province. Il s’agit d’un perroquet d’origine américaine qui, grâce à son émancipation, à réussi à créer une grande colonie en pleine expansion.