Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

GR 249. Étape 03: Vélez-Málaga - Torrox

Découvrez votre scène
Découvrez votre scène

Viens sur le grand chemin

Avec vue sur la mer
Avec vue sur la mer

Parcourez les étapes du chemin du Litoral

Un tour de la province entière
Un tour de la province entière

Un itinéraire pionnier en Andalousie de 739 km

Villages blancs et montagnes
Villages blancs et montagnes

Diversité des paysages tout au long du circuit

Marcher et surmonter
Marcher et surmonter

Un défi personnel dans chaque section

GR 249. Étape 03: Vélez-Málaga - Torrox
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Distance 19100 m.
Temps de marche estimé 4:10 h.
Dénivelé net en mètres 305 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 180 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 125 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 1
Dénivelé net 2
Difficultés de déplacement 1
Quantité d'effort nécessaire 3
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
Itinéraire
Résumé de l'étape
Description
Accès
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • À travers l’ancien chemin de transhumance appelé « Vereda del Camino Bajo d’Algarrobo », nous descendrons de la ville fortifiée de Vélez-Málaga jusqu’à son port de pêche, à partir duquel nous atteindrons la localité d’Algarrobo pour en parcourir son agréable littoral sur les rives de la Méditerranée. Par les plages des paisibles communes de Mezquitilla, Lagos et El Morche nous atteindrons le phare de Torrox, à partir duquel nous remonterons le long du cours d’eau jusqu’au village du même nom, avec les pics de la sierra Tejeda à l’horizon.

     

  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 19100
    Tronçons en asphalte ou en béton 11500 60 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 5900 31 %
    Tronçons de sentier 1800 9 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
    • À bicyclette
    • À cheval
  • Cartographie

    Nommées dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, par ordre d’apparition, les feuilles nécessaires sont les suivantes : 1054-I (Vélez Málaga) angle nord-est, 1054-III (Torre del Mar), 1054-IV (Nerja) et 1054-II (Torrox).

  • Communes

    Torrox

    Où manger

    Cliquez ici.

    Où dormir

    Cliquez ici.

Lieux de passage

Dans le sens de la marche

Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
1 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

0 m
2 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1050 m
3 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

3450 m
4 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1950 m
5 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

550 m
6 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1100 m
7 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1850 m
8 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1450 m
9 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

900 m
10 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

3250 m
11 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

2350 m
12 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1200 m
Images
Vidéos
Documents
Accessibilité

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The two main activities of the environment surrounding the walk, tourism and irrigated farming, coupled with increasing housing demand, require enormous amounts of water. As you can see during Stage 3, the water network is extremely poor and carries very little water. This is due to the geology of the terrain made up mostly of shale and some limestone, and the short running courses of the natural drainage system of surrounding hills which are very close to the Sea (with the exception of the two main rivers). With what´s available, in order for the area to be populated and the economy to function, water has to be found further north-west (El Pantano de la Viñuela reservoir) and north east (Sierra Almijara), as well as searching for underground water.

    Streams have always been important in the development of this part of the Axarquía region, but it is a very common occurrence that during much of the year and the height the Great Path of Málaga crosses, the streams turn to a mere trickle or dry streambeds with very little vegetation consisting of some cane, oleander and tamarisk. Río Torrox and Río Seco are important to the GR as you walk along them to go down and up from the starting point and towards the fi nish. Between the two main rivers, to list the most notable ones, there are the Río de Algarrobo, El arroyo Mamelucos, Los Ríos de Lagos and Gui, and
    El arroyo de Manzano.

    El Río de Algarrobo y Sayalonga is doubly important. Back in the area between the 9 th and 6th century B.C. the sea level was higher and the beach was shaped into a cove (not merely a river delta as nowadays) and the elevated parts of the river’s banks were home to Phoenician settlements of Morro de Mezquitilla and Chorreras. On the other side of the watercourse and according to the Punic tradition, in the east, the Necropolis of Trayamar is located, which, together with the previous sites have been protected as part of cultural heritage from the year 2010. The above-mentioned river has its source in the Sierra Almijara, between Canillas de Albaida and Cómpeta, in an area that the walk runs through at a later stage, and so this river´s waters are higher upstream. The other major river in the area is, of course, the Torrox river, and it also boasts an archaeological site, in this case the so-called Mansio de Claviclum de Itinerario Antonino. At the mouth of the river a salt fish factory, garum industry and ceramic production were started. Later converted into a Necropolis, these ruins are now directly visible from the walk. The residential areas and the baths are at the back on the “peninsula” which forms the tip of Torrox. Torrox River also has its source in the Sierra de Almijara, between Frigiliana and Cómpeta (Stage 5) where it is known as Patamalara, with beautiful crags and waterfalls.

    Water is as important to the current inhabitants as it was for the Phoenicians and Romans; along the walk´s itinerary you will find ponds holding water for the irrigation of terraces of subtropical trees, and irrigation channels called “asequías” that carry the water. Arriving at the beach of La Caleta you will find a type of well called an “aljíbe”; the base is built of stone and vaults are made of brick, it is elongated in shape, and equipped with a waterwheel. And a little further down is the Fuente el Pilar, in the middle of the N-340 road, a popular water supply in the village. Finally, and as it has become the norm in the Axarquía coast, waste water management faces problems because of the narrowness of the coastline. This way, wherever the valley is wide enough the spot is used to build a water treatment facility, as it happens at kilometre 18.2 on the east side of Torrox river, while the manholes and pumping stations are scattered along the walk. This place, on the other hand, is a superb spot to learn about the type of irrigation used in the Axarquía region, with crops under plastic tunnels and others grown on terraces on both sides. In the gardens at the beginning of the walk, projects to improve the irrigation involve the complementary use of the wastewater, with additional water supplied from newly dug wells and from the reservoir of La Viñuela.

  • Faune

    Oiseaux

    Durant cette étape nous aurons l’occasion d’observer des variétés d’oiseaux associées au milieu urbain, aux terrains transformés et couverts de végétation rudérale. Nous pourrons observer, principalement, des oiseaux de mer et de rivage puisque l’étape se déroule en grande partie le long de la côte.

    On traversera aussi quelques rivières et ruisseaux, qui, malgré le fait qu’ils soient à sec la majeure partie de l’année, apportent des éléments intéressants. Il faut souligner la présence d’oiseaux de rivage, principalement de mouettes, goélands et échassiers, due aux plans d’eau qui apparaissent aux embouchures des rivières à certaines périodes de l’année.

     

    Espèces Singulières

    Dans les centres urbains que nous traverserons durant l’étape, nous pourrons observer, entre autres, la tourterelle turque, le martinet pâle et noir, l’hirondelle rustique, le merle noir, l’étourneau unicolore et le moineau domestique. Durant l’hiver nous aurons l’occasion de rencontrer des hirondelles de rochers dans les zones urbanisées plus près de la côte, car, arrivées de zones plus élevées, elles passent les mois les plus froids à l’abri de la mer, ainsi que des bergeronnettes grises, des mésanges charbonnières, et des étourneaux sansonnets.

    Dans la zone initiale de l’étape, où domine la végétation rudérale, on pourra observer le faucon crécerelle, la chevêche d'Athéna, le guêpier d'Europe, le cochevis huppé, le cisticole des joncs, la fauvette mélanocéphale, et différentes espèces de fringillidés (le chardonneret élégant, le verdier d’Europe et le serin cini). Une fois arrivé sur la côte, entre en scène une communauté d’oiseaux associée au milieu marin, où l’on remarque les goélands leucophé et brun, la mouette rieuse, la mouette mélanocéphale et le goéland d’Audouin. Sont également fréquents en première ligne de côte les sternes caugek et les limicoles tels que le bécasseau sanderling et le tournepierre a collier. Le héron garde-bœufs, les cormorans, et les perruches moines apparaissent aussi le long de l’étape, accompagnés de quelques canards col vert, gallinules poule-d'eau, ou foulques macroule, dans les mares situées au niveau de l’embouchure des fleuves.

    La proximité de la l’embouchure du fleuve Vélez favorise une très forte croissance du nombre d’espèces le long de la côte, durant les périodes de migration. C’est pendant les mois de printemps et d’automne que nous devons être le plus attentifs à tout ce qui vole, car il est possible d’apercevoir des espèces de grand intérêt.