Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

GR 249. Étape 04: Torrox - Nerja

Découvrez votre scène
Découvrez votre scène

Viens sur le grand chemin

Avec vue sur la mer
Avec vue sur la mer

Parcourez les étapes du chemin du Litoral

Un tour de la province entière
Un tour de la province entière

Un itinéraire pionnier en Andalousie de 739 km

Villages blancs et montagnes
Villages blancs et montagnes

Diversité des paysages tout au long du circuit

Marcher et surmonter
Marcher et surmonter

Un défi personnel dans chaque section

GR 249. Étape 04: Torrox - Nerja
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Distance 10500 m.
Temps de marche estimé 3:15 h.
Dénivelé net en mètres 645 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 300 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 345 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 1
Dénivelé net 2
Difficultés de déplacement 2
Quantité d'effort nécessaire 3
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
Itinéraire
Résumé de l'étape
Description
Accès
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • Par un sentier sinueux qui traverse le célèbre port de Torrox, nous parcourrons de nombreuses exploitations de cultures tropicales, puis nous descendrons jusqu’à l’embouchure du Chíllar à Nerja, la destination finale de notre l’étape.

     

  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 10500
    Tronçons en asphalte ou en béton 1300 12 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 8500 81 %
    Tronçons de sentier 700 7 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
    • À bicyclette
    • À cheval
  • Cartographie

    La feuille 1054-II (Torrox) est suffisante. En complément, il est intéressant de consulter la feuille 1054-IV (Nerja) qui comprend la côte de Nerja.

  • Communes

    Torrox

    Où manger

    Cliquez ici.

    Où dormir

    Cliquez ici.

    Nerja

    Où manger

    Cliquez ici.

    Où dormir

    Cliquez ici.

Lieux de passage

Dans le sens de la marche

Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
1 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

0 m
2 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

550 m
3 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

900 m
4 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1300 m
5 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

320 m
6 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1030 m
7 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

900 m
8 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1100 m
9 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

450 m
10 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

450 m
11 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1270 m
12 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1400 m
13 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

500 m
14 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

330 m
Images
Vidéos
Documents
Établissements Grand Sentier
Accessibilité

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The Sierra de Almijara, with its imposing chain of peaks over 1000 metres high, and the extensive pine forests covering its slopes, is the origin of the two most important rivers of the Axarquía region: Río Tolox and Río Chíllar. These are the true backbones of this land, creating deep canyons which separate villages, but also enable transport connections along their valleys.

    They both represent the main source of a very important resource: water. These rivers serve as the water source for the population of western Axarquía and, thanks to a network of irrigation channels and aqueducts, sustain a good part of the agricultural economy of the region. In the past, sugar cane was the main industrial crop and now it´s the subtropical fruit trees.

    Close to the border with Granada province and outside Stage 4, Río de la Miel and, above all, El Manantial de Maro must be mentioned, the latter being the main draining channel of the dolomite massif of the sierra.

    The important issue here is being able to observe during this short Stage 4 how a diversity of geological materials (light and dark-coloured shale and marbles of Sierra Almijara) make up a “water landscape” whilst the river and marine dynamic in turn create new scenery based on travertine limestone, conglomerates, sand and gravel. The embankments of the Autovía del Mediterráneo and fl uvial escarpments let you admire each of the above mentioned substrata where water accumulates, fl ows or circulates.

    At the end of 2013 the construction of a water treatment plant in Nerja fi nally got the green light. It used to be the only place on the coast which did not correctly manage its residual waters. Once the situation is back to normal the purified water can be used as a resource, as happens in other coastal settlements, complementing the water which is diverted from rivers and the growing percentage of water which is obtained through tapping into the underground water system of Nerja region.

  • Faune

    Oiseaux

    Le début de l’étape est marqué par la présence de plusieurs petits ruisseaux s’entrecroisant, auxquels s’associe une végétation composée de lauriers roses, ce qui enrichit le nombre d’espèces d’oiseaux, en comparaison avec le reste de l’étape dominée par des cultures agricoles. La présence de quelques chênes prouve que, jadis, une chênaie couvrait ce territoire. Actuellement il s’agit d’une zone de cultures subtropicales qui, d’une certaine manière, simulent une formation boisée, favorisant la présence de quelques espèces typiquement forestières. Les cours d’eaux que l’on traverse, principalement celui de la rivière Chillar à la fin de l’étape, permettent la présence d’espèces propres à ce type de milieux.

     

    Espèces singulières

    Au début nous observerons des espèces propres aux milieux urbains telles que le pigeon biset, la tourterelle turque, le martinet pâle, la bergeronnette grise, l’hirondelle rustique, le merle noir et le moineau.

    Les zones dégagées du début de l’étape, avec une végétation principalement composée de genêts et de légumineuses, accueillent une population d’oiseaux peu diversifiée et composée principalement par le cochevis huppé, le saxicola torquatus, la fauvette mélanocéphale et le chardonneret élégant. Cependant, dès la présence de grands arbres, nous aurons aussi l’occasion d’observer le faucon crécerelle, la chevêche d’Athéna, la perdrix rouge, le guêpier d'Europe et la huppe fasciée.

    L’autre type d’environnement dominant de l’étape sont les cultures d’arbres tropicaux, principalement l’avocatier. Dans ce genre de milieu, les oiseaux les plus communs sont, pendant la période de reproduction, le merle noir, la mésange charbonnière, le gobemouche gris et les fringillidés comme le chardonneret élégant, le serin cini, et le verdier d’Europe et, durant l’hiver, le rouge gorge, la grive musicienne, le rouge-queue noir, la fauvette a tête noire, et le pouillot véloce. Dans les zones plus arborées, nous pourrons voir le pinson des arbres et, dans les zones plus dégagées, le pipit farlouse, la bergeronnette grise, et la pie-grièche à tête rousse

    Les autres espèces, présentes tout le long de l’étape, sont la tourterelle des bois, le pigeon ramier, le coucou gris, le petit-duc scops, l’engoulevent à collier roux, l’hirondelle rustique, l'hirondelle de fenêtre et de rochers, le troglodyte mignon, et le corbeau.
    A la fin de l’étape, on traverse la rivière Chillar, où le pluvier petit-gravelot, la bergeronnette des ruisseaux, le rossignol Philomèle et le bouscarle de Cetti peuvent apparaître, accompagnés d’espèces proprement urbaines telles que la perruche moine, la tourterelle turque, l’étourneau unicolore et saisonnet, et le moineau domestique.