Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

GR 249. Étape 11: Alfarnate - Villanueva del Rosario

GR 249. Étape 11: Alfarnate - Villanueva del Rosario
Type d’étape Lineal
Longueur totale en mètres 15400 m.
Temps de marche estimé 5:15 h.
Dénivelé net en mètres 1360 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 590 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 770 m.
Difficulté Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
3

Moyen

2

Itinéraire

2

Déplacement

3

Effort

Information générale

Itinéraire

Avec un relief montagneux accusant de forts dénivelés et une morphologie karstique, le sentier traverse la sierra de Jobo qui fait partie de l’ensemble montagneux calcaire « sierra de Camorolos », inclus dans le réseau Natura 2000 pour ses valeurs botaniques et faunistiques.

 

Résumé de l'étape
Description
Accès
Lieux de passage
Accessibilité
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 15400
    Tronçons en asphalte ou en béton 4400 29 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 6600 43 %
    Tronçons de sentier 4400 29 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
  • Cartographie

    L’ensemble du parcours se trouve sur la feuille 1039-II (Periana), sauf la partie du camping abandonné, qui apparaît sur la feuille 1024-IV (Villanueva del Trabuco) et la fin de l’étape, que l’on retrouve sur la feuille 1039-I (Villanueva del Rosario).

  • Communes

    Alfarnate

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

    Villanueva del Rosario

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    At the beginning you will cross Arroyo de los Morales, in the middle of the vega de Alfarnate, a watercourse choked by the surrounding crops, where you also can find a nice specimen of poplar, some elm and quinces on the soil-covered slopes.

    Then the limestone composition of the terrain will force the water to circulate underground, except for pits and plains where seasonal puddles can occur. This process can be seen here and there in the rainy season but is especially significant in the lagoons of Hondonero or Cerro Urán, visible at the foot of the path and with their respective signs and information panels. Similar phenomenon occurs at the Laguna de la Sierra de San Jorge.

    In Hondonero, a string of small water springs can be found and they are signposted. These springs are very important for the numerous amphibians which exist in the area, including the Iberian Ribbed Newt, Pygmy Newt and the Parsley Frog; unique species with restricted habitat. The water springs are called Hondonero, Zarza, Canaleja, Raigon and Urán. In general these constitute small contributions sprouting from the clay strata that have been channelled for the livestock.

     Completely different in origin are the largeoutflows of water coming from carbonate aquifers of these enormous mountains. They drain into two powerful sources at foot of the mountains, Nacimiento or Chorro sign-posted opposite the chapel of Our Lady of the Rosary and the recently declared (in 2011) Natural Monument, La Fuente de los Cien Caños in Villanueva del Trabuco, traditional source of the Guadalhorce River despite the fact that the latter comes from the Puerto de los Alazores.

    El Chorro, channelled by a dam right at the source, creates the Arroyo de los Cerezos which joins Arroyo de Canaleja, a steady companion of the GR at Villanueva del Trabuco. This latter stream was involved in some serious fl oods in the village in September 2012, causing substantial material damages.

Faune
  • Faune

    Oiseaux

    Parmi les 35 étapes de la Gran Senda de Málaga, c’est dans celle ci que nous atteindrons le point le plus haut.
    Elle débute entre les plaines de cultures, puis commence à monter par des zones broussailleuses, qui se transforment progressivement en pineraies et chênaies plutôt denses avec quelques rouvres. Sur les parties les plus hautes, on chemine très près des grandes parois rocheuses, et la descente se fait par les pâturages de Hondonero où l’on trouve des pistachiers térébinthe et des érables, le tout dominé par la montagne. L’arrivée à Villanueva del Rosario se fera par une zone de sources d’eau. Nous aurons donc l’occasion de voir des espèces typiques de zones dégagées, de montagnes, forestières et de rivages.

     

    Espèces singulières

    Le début de l’étape est composé de cultures, où prédominent la bergeronnette grise, le pipit des prés, le cochevis huppé, l’alouette des champs, le chardonneret élégant, la linotte mélodieuse, le serin cini, le verdier d’Europe. Sur ce même chemin qui nous conduit au bois de chênes commencent à apparaître des espèces propres aux environnements buissonneux comme la perdrix rouge, le saxicola, le merle noir, le rouge gorge, le traquet oreillard, la fauvette mélanocéphale, l’hypolaïs polyglotte, la fauvette pitchou, la pie-grièche à tête rousse, et d’autres espèces plus forestières comme la grive musicienne, la mésange charbonnière, le pinson des arbres, et le bruant fou. Nous pourrons aussi voir, de manière presque continue, des martinets pâles et noirs volant dans le ciel, ainsi que des hirundinidés (principalement l’hirondelle rustique, rousseline, et de fenêtre), durant les mois où elles sont présentes. Dans les zones arborées, composées de pins en premier lieu, puis un peu plus loin de chênes vert et rouvres, on pourra apercevoir l’épervier d’Europe, le pigeon ramier, la tourterelle des bois, le coucou gris, le petit-duc scops, la chouette hulotte, la grive draine, la grive musicienne, la fauvette à tête noire, le roitelet à triple bandeau, la mésange noire, la mésange bleue, le grimpereau des jardins, le geai des chênes, le bec-croisé des sapins, le gros-bec casse-noyaux, le bruant zizi et, certains hivers, le bruant jaune. Dans les chênaies il est possible de voir la fauvette orphée et la pie-bleue à calotte noir et, dans les zones humides peuplées de chênes rouvres, le pouillot ibérique.

    Dans les milieux rocheux près des côtes les plus hautes de cette étape, nous pourrons observer l’aigle royale, l’aigle de bonelli, le martinet à ventre plat, l’hirondelle des rochers, le monticole merle bleu, le traquet rieur, le choucas des tours, le crave à bec rouge, le corbeau, et le moineau soulcie. Malgré le fait que le vautour fauve ne nidifie pas dans ces montagnes, assez fréquemment il est possible de le voir en petit groupe. Nous pourrons observer, au printemps et en été, le monticole merle bleu, une espèce singulière de la zone la plus haute de cette étape, un oiseau de la même famille que les merles et les grives, les mâles possedant un magnifique plumage. Dans ces hauteurs nous pourront aussi voir le traquet motteux et l’accenteur alpin.
    Dans la zone de Hondoneros, pendant la descente à la fin de l’étape, se rajouteront aux espèces déjà mentionnées, dans les espaces ombragés la bécasse des bois et la fauvette grisette, mais aussi la grive mauvis, le merle plastron, la fauvette passerinette, le pouillot de Bonelli et, occasionnellement, le pinson du nord. C’est aussi un bon endroit pour observer le majestueux vol de l’aigle royal et écouter les chants de l’hibou grand-duc.

    En nous rapprochant du village qui est notre destination finale, on retrouve les zones de cultures du début, où la tourterelle turque, les martinets noir et à ventre plats, ainsi que les passeridés et les friginlidés sont les espèces les plus fréquentes. Nous pourrons aussi voir des bergeronnettes grises et des ruisseaux, des bouscarles de Cetti et des rossignols philomèle autour du ruisseau de Los Cerezos.