Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

GR 249. Étape 17: Alameda - Fuente de Piedra

Découvrez votre étape
Découvrez votre étape

Rejoignez le Grand Sentier

Vue mer
Vue mer

Parcourez les étapes du Grand Sentier Littoral

Un parcours à travers la province.
Un parcours à travers la province.

Une randonnée pionnière en Andalousie de 739 km.

Des villages blancs et des montagnes
Des villages blancs et des montagnes

Une variété de paysages tout au long du parcours

Marcher et se dépasser
Marcher et se dépasser

Un défi personnel à tout moment

GR 249. Étape 17: Alameda - Fuente de Piedra
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Type localisation Campiña
Distance 18600 m.
Temps de marche estimé 3:55 h.
Dénivelé net en mètres 220 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 60 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 160 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 1
Dénivelé net 1
Difficultés de déplacement 1
Quantité d'effort nécessaire 3
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
Itinéraire
Résumé de l'étape
Description
Accès
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • La sierra de Mollina tient le premier rôle sur cette partie du sentier qui longe son versant oriental et son versant sud au milieu des pinèdes de pins d’Alep de reforestation. Depuis la zone la plus escarpée de la sierra, appelée La Camorra, on a une vue magnifique sur la dépression d’Antequera.

     

  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 18600
    Tronçons en asphalte ou en béton 3900 79 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 14700 21 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
    • À bicyclette
  • Cartographie

    Le début de l’étape, direction sud, se trouve sur la feuille 1006-II (Alameda). Le changement de direction s’effectue sur la feuille 1023-II (Mollina), puis le parcours se termine sur la 1023-I (Humilladero).

  • Communes

    Alameda

    Où manger

    Cliquez ici.

    Où dormir

    Cliquez ici.

    Fuente de Piedra

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

Lieux de passage

Dans le sens de la marche

Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
1 Loma de El Ventorrillo (Alameda) 30S

x=37.2019046295256
y=-4.64372494655515

515 m
2 Bosque isla de la Sierra de Molina 30S

x=37.1783802011413
y=-4.65215866744404

545 m
3 Pinar de repoblación 30S

x=37.1732592011161
y=-4.64968183389669

550 m
4 Mirador de Antequera 30S

x=37.1691309176392
y=-4.64646103545374

540 m
5 Pinar de la Loma de Pegote 30S

x=37.1590595767055
y=-4.65254881063811

530 m
6 Área Recreativa Nacimiento del Arroyo de Millán 30S

x=37.1536212577579
y=-4.68352030216101

457 m
7 Línea de AVE 30S

x=37.1504286709633
y=-4.69251369781296

460 m
8 Cruce por la MA-701 30S

x=37.1531242185785
y=-4.71814579430077

430 m
9 Cruce subterráneo de la A-92 30S

x=37.1467062718123
y=-4.736735952804

420 m
10 Centro de Visitantes José Antonio Valverde 30S

x=37.1327681092498
y=-4.74252989984609

420 m
Images
Vidéos
Documents
Établissements Grand Sentier
Accessibilité

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The great protagonist of the walk in terms of water is the sierra itself, apparently dry but keeping the secret of many water sources inside and around it, the major one is the Arroyo Santillan. There are many caves explored in the limestone mass, witnesses to underground water circulation slowed and enclosed by the karstifi cation of the ground. The Cueva de Organos must be mentioned because of its extensive size, la Sima del Soldado because of its depth and then the Cueva de la Goteras.  Other caves constitute semi-open shelter, less important form adventure sports point of view but more insignificant for the history of human species in the area. 

    The caves were used as shelter since ancient times or witnesses of the adventures of bandits, like the shelter of Almirez. In any case, all of them have something to do with the erosive action of water. And the water that penetrates into the sierra should come out again, due to the geological conditions of the terrain as it will push the water out away from the bedrock when the layers it encounters are impermeable and facing the right direction. This is what happens in the source of the Arroyo Santillan, on the border between the boundaries of Mollina  and Fuente de Piedra. The sierra generates numerous creeks fanning out towards the south, like Berdún, Aceiteros or the very Santillan, the biggest watercourse. The walk accompanies the stream from its source almost to its delta in the lagoon at its northern end.

    The fascination or simple interest in these places where water flows has caused different cultures settled here throughout the history. Here it was especially the Romans, as it is evident, for example, in the adjacent archaeological site by a small inconspicuous water spring. Finally, wells were dug out for agriculture in the fi nal part of the route, in the area of Las Albinas (salt marshes), a place name that is derived from temporary and frequent flooding of the land.

  • Faune

    Oiseaux

    L’étape commence près de la route, en pleine zone de cultures. Celles-ci nous accompagneront jusqu'à la montagne de La Camorra où nous trouverons un bois de chênes qui fera place à une pinède assez dense. Nous contournons la montagne par le sud en laissant à notre droite les sommets les plus élevés où l’on peut voir une végétation forestière avec de jeunes chênes et des oliviers sauvages, ces derniers ayant une forme arrondie caractéristique. La descente nous conduit jusqu'à l'aire récréative de Santillán, à partir de cet endroit, le terrain devient plat jusqu'à notre destination, traversant les cultures de céréales et d'oliviers. A la fin de l’étape, près du Cerro del Palo, nous trouvons quelques lagunes où les espèces aquatiques deviennent majoritaires. Ces lagunes maintiennent leurs niveaux grâce aux eaux épurées de Fuente de Piedra.

     

    Espèces Singulières

    Les cultures de céréales et les oliveraies, accompagnées d’ amandiers, permettent la présence des espèces déjà mentionnées dans les deux étapes précédentes. Les plus importantes sont la buse variable, le faucon crécerelle, la perdrix rouge, la tourterelle des bois, la huppe fasciée, l’hirondelle rustique, le pipit farlouse, la bergeronnette grise, le cochevis huppé, le moqueur plombé, l’alouette des champs, la grive musicienne, la fauvette mélanocéphale, la fauvette à tête noire, le pouillot véloce, la mésange charbonnière, la pie- grièche à tête rousse, l’étourneau unicolore et l’étourneau sansonnet, le chardonneret élégant, le verdier d'Europe, la linotte mélodieuse, le serin cini et le bruant proyer.

    À mesure que nous continuons notre ascension et que nous nous enfonçons dans la forêt de la montagne, la pie-bleue à calotte noire se fait de plus en plus présente, tout comme le merle noir, la mésange charbonnière et le pinson des arbres, qui sont accompagnées d’autres espèces typiquement forestières comme la tourterelle des bois, le pigeon ramier, le rouge-gorge familier, la grive musicienne et la grive mauvis, la mésange huppée, le grimpereau des jardins, le troglodyte mignon et le geai des chênes. D’autres espèces sont présentes dans cette zone, ou nous croiserons des chênes et principalement des pins, notamment l’engoulevent à collier roux, le saxicola, le rouge-queue noir, le pouillot véloce, la pie-grièche, le corbeau et le bruant zizi.

    Mention spéciale, durant cette étape, pour l’agrobate roux, une espèce migratoire qui passe son hiver dans le sud du désert du Sahara. En Espagne, il occupe uniquement le sud de la péninsule, de manière discontinue, avec une nette régression durant les deux dernières décennies tant de son aire de distribution comme de son niveau de population. Jusqu’à présent on ignore les causes qui provoquent sa raréfaction. Les zones à proximité de la montagne, comme les champs d’oliviers et les vignes, ainsi que les zones de végétation naturelle dans lesquelles l’olivier sauvage prédomine, servent à la nidification. Cette espèce doit son nom (en espagnol) à la coutume selon laquelle il lève la queue au moment de se poser, cette dernière devient alors très visible (elle est marron rougeâtre avec une bande de couleur noire et blanche aux extrémités).
    Dans les environs de la lagune nous pouvons observer de nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques volant vers les zones inondées. Les Phoenicopterus, les mouettes et les goélands, les échasses blanches et les canards seront, dans la majorité des cas, les protagonistes de ces environnements.