Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

GR 249. Étape 19: Campillos - Embalses del Guadalhorce

Découvrez votre scène
Découvrez votre scène

Viens sur le grand chemin

Avec vue sur la mer
Avec vue sur la mer

Parcourez les étapes du chemin du Litoral

Un tour de la province entière
Un tour de la province entière

Un itinéraire pionnier en Andalousie de 739 km

Villages blancs et montagnes
Villages blancs et montagnes

Diversité des paysages tout au long du circuit

Marcher et surmonter
Marcher et surmonter

Un défi personnel dans chaque section

GR 249. Étape 19: Campillos - Embalses del Guadalhorce
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Distance 23000 m.
Temps de marche estimé 5:15 h.
Dénivelé net en mètres -105 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 255 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 360 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 2
Dénivelé net 2
Difficultés de déplacement 2
Quantité d'effort nécessaire 3
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
Itinéraire
Description
Accès
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • Par un terrain plat, qui a permit la formation, à côté de Campillos, d’un complexe lagunaire de caractère endoréique à forte salinité, et après avoir franchit les montagnes qui l’entourent, nous arriverons au barrage du Guadalhorce, un grand ouvrage hydraulique du début du XXe siècle.

     

  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 23000
    Tronçons en asphalte ou en béton 3000 13 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 17300 75 %
    Tronçons de sentier 2700 12 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
    • À bicyclette
    • À cheval
  • Cartographie

    La feuille 1022-IV (Campillos) sert uniquement à localiser le début du parcours dans le village, et l’on passera tout de suite à la 1023-III (Bobadilla-Estación). La deuxième moitié se trouve sur la feuille 1038-I (Pantano del Chorro).

  • Communes

    Campillos

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

Lieux de passage

Dans le sens de la marche

Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
1 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

475 m
2 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

486 m
3 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

465 m
4 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

460 m
5 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

470 m
6 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

500 m
7 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

475 m
8 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

435 m
9 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

500 m
10 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

380 m
11 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

375 m
12 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

400 m
13 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

425 m
14 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

395 m
15 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

360 m
16 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

360 m
Images
Vidéos
Documents
Établissements Grand Sentier
Accessibilité

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The Arroyo de Boquerón and the Arroyo de Capitán are the two sole watercourses of the stage, similar in a way, as both flow into the shallow ends of reservoirs; the first one flows into the Guadalhorce and the second into the Guadalteba. Neither of them harbour any wellpreserved galleried woods, only some tamarisk and elm, and, above all, brambles, reeds and bulrushes.

    The vegetation perimeter around the lakes which can be visited by tourists has been strengthening over time thanks to the lakes being protected. The vegetation belt is very narrow though, due to the harsh environmental conditions that cause cycles of floods and drought, the relentless wind and the saline nature of the soil. In those lagoons with extensive water surface and little depth it is easy to observe thickets of tamarisk of varying density, a plant which is a real specialist in this type of habitat. The bulrush require deeper water, which they conquer with their thick runners, while the reeds colonize veryextensive areas, at times reaching a tangled mass of stems which potentially offers a good hideout for wildlife.

    Flamingos can be easily observed during the season when they turn into resident birds at the lagoons, as well as the Purple Heron, various Egrets, Coots and Moorhens with their dark plumage which are the most abundant along with ducks. Finally, the waders wander along muddy shores deploying a whole repertoire of hunting tactics.

    The reservoirs on the other hand battle with the problem of considerable differences in water level so that the vegetation can become non-existent in many areas: at the dam end of the reservoirs, on steep inclines or on rocky ground, as you will see during this stage. At the tip of Guadalteba, Guadalhorce and Conde de Guadalhorce reservoirs (especially at the latter two) there are dense clusters of tamarisk at the deltas of the Guadalhorce and the Turón. The reservoirs have settled as aquatic ecosystems as a result of human action which did not particularly aim for this result.

    Although the track does not reach the Gaitanejo reservoir, which is located below the three dams, note that it maintains more constant water levels thanks to being regulated and thus it has managed to sustain a diverse galleried wood with the tamarisk being the dominant tree.

  • Faune

    Oiseaux

    Cette étape marque la fin d’une série d’étapes où les milieux agricoles étaient prédominants, pour laisser place à des zones plus montagneuses.

    Les oliveraies et les champs de blés continuent cependant à être fréquents. Les particularités de cette étape sont la visite qu’on fait des zones humides du complexe des lagunes de Campillos et les pinèdes qu’on traverse. Nous parcourrons donc une véritable mosaïque de paysages et en compagnie d’une intéressante variété d’oiseaux.

     

    Espèces singulières

    Dans le centre urbain de Campillos nous aurons l’occasion d’observer des espèces urbaines, principalement la tourterelle turque, les martinets noir et pâle, l’hirondelle rustique , l’hirondelle de fenêtres, le moineau domestique et l’étourneau unicolore, auxquels s’ajouteront le faucon crécerelle et l’étourneau sansonnet dans les hangars industriels que nous rencontrerons. Une fois ceux-ci derrière nous, nous entrons dans des champs d’oliviers et de cultures où la perdrix rouge, la tourterelle des bois, la huppe fasciée, le cochevis huppé, la grive musicienne, le merle noir, le rouge-gorge, la fauvette à tête noire, la mésange charbonnière, le pouillot véloce, le chardonneret élégant, la linotte mélodieuse, et le bruant proyer seront les espèces les plus fréquentes. Mais c’est l’outarde canepetière qui sera l’espèce représentative de l’étape.

    L’environnement de la lagune Dulce, qui se trouve très près du point de départ, est l’endroit le plus indiqué pour l’observation de cette espèce. La présence parsemée de très grands chênes montre clairement ce que devaient être le paysage avant que ces terres ne soient labourées et dédiées à l’agriculture. Ils favorisent la présence d’espèces comme la buse variable, la mésange charbonnière et le corbeau.

    Les lagunes que nous visitons apparaissent dans l’ordre suivant : celle de Cerero, de Camuñas, et celle de Marcela. Ce sont des zones qui sont de véritables oasis pour les espèces aquatiques dans un environnement dominé par des terres de labours très arides. Les espèces les plus fréquentes dans ces zones humides sont le grèbe castagneux et le grèbe à cou noir, le grèbe huppé, le héron cendré, le flamant rose, le canard colvert, le canard chipeau, le canard souchet, la nette rousse, le fuligule milouin, l’érismature à tête blanche, la poule d’eau, le pluvier doré, l’échasse blanche, les vanellus, la bécassine des marais, le chevalier cul-blanc, le chevalier guignette, la mouette rieuse, la bergeronnette grise, la bergeronnette printanière et le pipit farlouse. On pourra aussi observer des grues durant les mois d’hiver.

    Dans la pineraie, que nous trouverons avant de traverser la rivière du Boqueron, pourront apparaître le pigeon ramier, la tourterelle des bois, la huppe fasciée, le verdier d’Europe, le serin cini, le bec croisé des sapins et le pinson des arbres. Dans les zones arbustives, que nous traverserons avant de descendre vers les barrages, nous verrons avec plus de facilité le cochevis huppé, le saxicola, le rouge-gorge, la grive musicienne et la fauvette mélanocéphale.

    Pendant les périodes de migrations cette partie de l’étape est fréquemment survolée par le milan noir, la bondrée apivore, et de nombreux guêpiers d’Europe et il n’est pas rare de pouvoir aussi profiter du vol du vautour fauve, de l’aigle de Bonelli et du faucon pèlerin, qui fréquentent la zone, à la recherche d’aliments.

    Enfin, à la fin de l’étape, aux pieds des barrages, c’est une fois de plus les oiseaux aquatiques qui sont les protagonistes, bien que la profondeur des eaux limite la diversité des espèces. Nous pourrons principalement rencontrer le goéland brun, le goéland leucophée, la mouette rieuse, le canard colvert, le grèbe castagneux, le grèbe à cou noir, le grèbe huppé, le grand cormoran, le héron cendré et la foulque macroule.