Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

GR 249. Étape 22: Ardales - El Burgo

GR 249. Étape 22: Ardales - El Burgo
Type d’étape Lineal
Longueur totale en mètres 22600 m.
Temps de marche estimé 5:35 h.
Dénivelé net en mètres 1164 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 687 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 477 m.
Difficulté Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
1

Moyen

1

Itinéraire

1

Déplacement

3

Effort

Information générale

Itinéraire

Cet itinéraire est une combinaison parfaite entre histoire et nature. Avec un tracé au profil doux qui traverse des champs d’oliviers et des pinèdes, au pied du château du Turón, il nous conduira finalement à la localité d’El Burgo avec sa belle promenade fluviale.

 

Résumé de l'étape
Description
Accès
Lieux de passage
Accessibilité
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 22600
    Tronçons en asphalte ou en béton 2800
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 19800
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
  • Cartographie

    Les premiers mètres peuvent être localisés sur la feuille 1038-I (Ardales). La partie principale arborée se trouve sur la feuille 1037-IV (Serrato) et prend fin sur la 1051-I (El Burgo).

  • Communes

    Ardales

    Où manger

    Clizquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

    El Burgo

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The walk at this stage allows little contact with streams and springs. However, the hills of marly limestone you visit are the watershed basin between two rivers of quite a magnitude in the province of Malaga. To the south, and you can have a quick glance at it in the beginning, is the Río Turón, few kilometres before the reservoir in the Conde de Guadalhorce. The Turón as it passes through the bridge of la Molina has little vegetation on its banks: a thick belt of Oleander and some bulrushes, with an interesting population of an aquatic plant of the genus Potamogeton which covers the surface of the water with lanceolate leaves and a few erect flowers.

    Northwards, several temporary streams have their source in these summits and fl ow into the river Guadalteba, which earns that name in the village of Serrato, in the old town where the Arroyo de las Cuevas converges with the tiny stream of Serrato. It is, therefore, a dividing watershed (especially remarkable in the Cerro de Márquez) that carries water to two different reservoirs, the aforementioned Conde del Guadalhorce and the Guadalteba, joining at the entrance of the Desfiladero de los Gaitanes.

    In the north-eastern end of the Loma del Castillo there is the Fuente Techada, however it is not on our itinerary. At the end you do cross a locally important spring, which is called Fuente Nueva and has been recently improved. Before reaching it, you will be walking through an area rich in minor water springs. Having walked downhill on the steep path from the Puerto de la Herradura you reach a fairly wide and damp spot, full of Brambles, Wild Roses and Rushes, called Eagle Meadow (Prado de Aguila), where there is a barely recognizable well among the vegetation. From here there fl ows a stream that gets bigger when it goes through Fuente Cepero (which hasn´t been adapted for drinking water); a place with large eucalyptus trees, where the stream starts being called Arroyo de los Niños. You will cross this Arroyo several times in the shelter of a beautiful forest with black poplars, willows and white poplars.

    Finally, very close to El Burgo there is El Molino Polo, which used to be fed by an acequia that now supplies water to the surrounding orchards.

Faune
  • Faune

    Oiseaux

    La rivière Turón, marque sans aucun doute ce début d’étape, avec une zone d’inondation qui peut accueillir un grand nombre d’espèces aquatiques. Peu après avoir commencé l’étape, nous laissons la rivière derrière nous pour traverser des champs de blés qui deviennent, au bout de quelques kilomètres, une pineraie. Ici on trouve également des genévriers dans la partie la plus élevée, et des garrigues de grand intérêt. Durant toute l’étape nous pourrons admirer de hauts sommets, ceux de la sierra Huma au début, et ensuite ceux des sierras Alcaparaín, Ortegícar et Prieta. Cette partie de la Gran Senda de Malaga marque le début des étapes montagneuses, où les espèces propres à ces milieux feront à nouveau leur apparition. Une fois atteint la plus haute altitude de l’étape, où en plus des pins nous trouverons des chênes, ce seront de nouveau les champs de céréales qui domineront le paysage, avec des espèces propres aux endroits dégagés. Au fur et à mesure que nous nous approchons du village de El Burgo, la forte présence de vergers et de cultures arborées ainsi que du cours d’eau font de l’observation d’oiseaux une occupation très divertissante.

     

    Espèces singulières

    A Ardales, et plus concrètement dans les environs de la rivière nous pourrons observer des oiseaux typiquement urbains comme le martinet pâle, l’étourneau unicolore et l’étourneau sansonnet, l’hirondelle rustique, l’hirondelle rousseline, l’hirondelle de fenêtres et l’hirondelle de rochers. Ces espèces se concentrent autour de la rivière pour attraper des insectes au vol et pour boire de l’eau, et ceci avec une telle précision qu’elles introduisent uniquement leurs mandibules inférieures dans la rivière. Rencontrer un groupe de ces espèces concentrées dans cette zone mérite bien un moment d’attention surtout si on ne parvient pas encore très bien à les distinguer. Depuis le pont et aussi au long du cours d’eau nous aurons l’occasion de voir des canards colverts, quelques grands cormorans, et des limicoles tels que le pluvier petit-gravelot ou l’échasse blanche stylisée. La proximité d’oliviers et de champs de céréales, ainsi que le bosquet de rivage, favorisent une grande diversité d’espèces à observer. Les plus fréquentes sont l’engoulevent à collier roux, très nombreux dans la zone, le rossignol Philomèle, le rouge-queue noir, le saxicola torquatus, le merle noir, le cisticole des joncs, le bouscarle de Cetti, la fauvette à tête noire et la fauvette mélanocéphale, le pouillot véloce, le roitelet à triple bandeau, le gobemouche gris, la mésange charbonnière, la pie-grièche à tête rousse, le loriot d’Europe, le chardonneret élégant, le verdier d’Europe, le serin cini et le bruant proyer. Dans les alentours du château nous pourrons surprendre quelques chevêches d’Athéna sur les pierriers existants, ainsi que le monticole merle-bleu ou le hibou grand-duc dans le château même.

    Lorsque nous arrivons dans la pineraie, les perdrix sont fréquentes, et une fois entre les arbres la mésange noire nous montre à quel genre de forêt nous avons à faire. Cette pineraie accueille aussi l’aigle botté, l’épervier d’Europe, le pic épeiche, le merle noir, la grive musicienne, la fauvette mélanocéphale, la fauvette à tête noire, la pie-grièche grise dans les endroits plus ouverts, le geai des chênes, le pinson, le bec-croisé des sapins et la linotte mélodieuse, entre autres. Au-delà des 800m d’altitude, la présence de la mésange bleue et de la fauvette à lunettes. nous signale l’existence de chênes et de garrigues.

    Si nous voulons observer des rapaces, cette étape qui parcourt la limite de plusieurs territoires est idéale. Un coup de jumelles au ciel, tout en cheminant vers les sommets, nous permettra une observation plus aisée de l’aigle royal et de l’aigle de Bonelli, ainsi que de vautours fauves.

    Une fois passée la zone boisée, le sentier parcourt des zones de cultures de céréales, entourées de grands genêts. Juste dans cette zone nous trouverons à notre gauche des joncs agglomérés où ne passeront pas inaperçus les nombreux bruants proyers, accompagnés de tourterelles des bois, de saxicolas torquatus, de cisticoles des joncs, et autres espèces déjà mentionnées. Les falaises à notre droite sont l’habitat du hibou grand-duc, du faucon crécerelle, du choucas des tours et de la crave. À l’approche du ruisseau de los Niños (des Enfants) ce seront les guêpiers, les hypolaïs polyglottes, les pies grièches, les étourneaux et les bruants zizis, les espèces qui marqueront nos pas, jusqu'à ce que l’on arrive à une zone plus cultivée et habitée où la colonie de passériformes s’enrichit considérablement.

    Au printemps et en été, les hirondelles de fenêtres nous souhaiteront la bienvenue à El Burgo, en bordure de la même rivière que nous avons croisée à Ardales.