Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

GR 249. Étape 29: Casares - Estepona

Découvrez votre étape
Découvrez votre étape

Rejoignez le Grand Sentier

Vue mer
Vue mer

Parcourez les étapes du Grand Sentier Littoral

Un parcours à travers la province.
Un parcours à travers la province.

Une randonnée pionnière en Andalousie de 739 km.

Des villages blancs et des montagnes
Des villages blancs et des montagnes

Une variété de paysages tout au long du parcours

Marcher et se dépasser
Marcher et se dépasser

Un défi personnel à tout moment

GR 249. Étape 29: Casares - Estepona
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Type localisation Sierras Litorales
Distance 24200 m.
Temps de marche estimé 7:00 h.
Dénivelé net en mètres 3850 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 1170 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 2680 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 2
Dénivelé net 2
Difficultés de déplacement 2
Quantité d'effort nécessaire 4
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
Itinéraire
Résumé de l'étape
Description
Accès
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • Traversant tout d’abord une zone forestière de chênes-lièges et de pâturages, le sentier passe d’un paysage typique des versants nord de montagne avec une végétation variée à une ancienne zone de champs de céréales, où l’on pourra observer un vieux moulin à traction hydraulique.

     

  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 24200
    Tronçons en asphalte ou en béton 3300 14 %
    Tronçons de piste ou de chemin forestier 17200 71 %
    Tronçons de sentier 3700 15 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
  • Cartographie

    Localisation sur les feuilles 1071-II (Casares) et 1072-I (Estepona).

  • Communes

    Casares

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

    Estepona

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

Lieux de passage

Dans le sens de la marche

Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
1 Casares, Calle de la Carrera y Plaza de España 30S

x=36.4448472936484
y=-5.27319805001093

0 m
2 Fuente y antiguo Convento de Santa Catalina 30S

x=36.4330677948153
y=-5.27268703107779

1500 m
3 Arroyo de los Molinos y Molino de arriba o Gorrino 30S

x=36.4278313315456
y=-5.26983520643705

750 m
4 Mirador de Peñas Blancas en la carretera MA-8300 30S

x=36.4462688514618
y=-5.24907563170848

4520 m
5 Vado de arroyo Vaquero en la Acedía 30S

x=36.4428892613079
y=-5.24091257360374

1600 m
6 Mirador del Vertedero de Residuos Sólidos 30S

x=36.4514439830881
y=-5.22108763028962

3430 m
7 Mirador de Los Pedregales 30S

x=36.4496167935992
y=-5.20832815555093

1700 m
8 Mirador de Estepona y del Estrecho 30S

x=36.4532451133811
y=-5.19731854708652

1900 m
9 Cabecera de cuenca del Río Gadalobón 30S

x=36.4665627439022
y=-5.18280828935667

3850 m
10 Calera en la carretera MA-8301 30S

x=36.4700235533861
y=-5.17295099955891

1550 m
11 Vado del Arroyo de la Cala 30S

x=36.4660143008621
y=-5.16045250817751

2750 m
12 Río Padrón y gran algarrobo 30S

x=36.4618897569321
y=-5.14175913393592

3300 m
13 Vado del Arroyo de la Cala cerca del Molino Tercero 30S

x=36.4511086409791
y=-5.13477954469545

1600 m
14 Molino segundo cerca del Vivero Río de la Cala 30S

x=36.4459359423973
y=-5.13573106826243

720 m
15 Arroyo de Marimacho. 30S

x=36.4459359423973
y=-5.13573106826243

1100 m
16 Estepona, paseo marítimo y Desembocadura del Río de la Cala. 30S

x=36.4281422488188
y=-5.13680487213253

1730 m
Images
Vidéos
Documents
Établissements Grand Sentier
Accessibilité

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The only adapted drinking fountain that is known along this stage is located, as no surprise, between the dolomites and sandstone along the camino which goes down to Casares. This is the Fuente de Santa Catalina, hidden away to your right where an old convent (later converted to barracks) and many shelters dating back to various eras all testify to the importance of this water source. As a curiosity and a very common practice to avoid the accumulation of algae and insects someone has added fish to the water source from the nearby river and you can see them if you approach stealthily to see them hide away in the opening where the water is coming out.

    The rivers and streams you discover during this stage have their own idiosyncrasies which are the cause behind treating them here as a separate basin, which fl ows in to Mediterranean directly. These are short watercourses but surprisingly not as seasonal as one could expect because of their lack of length and their steep gradient. This is mainly due to the hydrological characteristics of the peridotite, schist and gneiss of Sierra Bermeja. The exception is the Arroyo de los Molinos, which is a karstic spring with a significant volume of water.

    The Arroyo de los Molinos flows along a narrow limestone gully at the level of Molino de Arriba. There are tall poplars, reeds, brambles and important plants for the local popular culture such as the Great Yellow Gentian and watercress. The stream, as its course develops along the way and downstream, continuously supports such structures as the mill, until the point where, together with other tributaries, it flows into the Garganta de la Sierra de la Utrera to come out as Río Manilva in the famous sulphurous Baños de la Hedionda. As mentioned before, a link to a PR footpath lends the Gran Senda an opportunity to access this recommended site not only because of its natural value but also historical and ethnological significance.

    The Streams and Rivers de Sierra Bermeja

     The remaining streams and rivers follow the above description and their origin does not tend to be of limestone nature despite that all of the cross marble terrain at some moment. At the Barranco de La Acedía you ford the first stream, Arroyo Vaquero, with certain amount of water which can even support some stable populations of fish.  This is the southernmost of the streams which are influenced by the Sierra Bermeja, given that it comes from a col situated between this Paraje Natural and the one of Sierra Crestellinathe well-known Puerto de las Guardas. Upstream from the Acedía, this pretty grove whose gardens and residences are supplied with water by the stream is given the name of Garganta de los Palos on maps.

    In the vicinity of the landfill, El Vertedero Comarcal you must for the stream which significant amount of water compared to the size of its bed. There is a rubber pipe supplying water to a tank just above the landfill. Typical vegetation of such watercourses is composed of oleanders, rushes and frequently, the still natural pools contain pond skaters and water beetles. This and the next arroyo which carries more water, is more enclosed and also has its own subterranean water outlet (fl owing to Parque de Los Pedregales) form together the Arroyo de Enmedio, which can be seen from the fi rst vantage points of the stage, as it leads away towards the sea.

    Next there are torrential watercourses, normally dry, which fill with water in rainy season; the white raging waters are caused by the steepness and rockiness of the terrain. These are headwaters of Arroyo de la Miel and Arroyo de los PolvitosThe following streams are bigger, the Barranco de las Minas and, above all, Río Guadalobón, which the previous stream flows into as a tributary. The volume of water carried by the Guadalobón is quite significant even at this altitude; it supports a beautiful natural pool at the foot of a great waterfall a few meters away from the walk. Below, in the valley, you can see a few ruins surrounded by the remnants of a dense forest, protected by the river bed. 

    At the ford of Arroyo de la Cala, having crossed the second road, the walker will discover a pretty stream amongst reed beds and willows which emerges from a small schist gully. It is not the first time you will be crossing this stream. As ithe walk descends, the GR-249 gets close to two watercourses as their flow becomes calmer due to more level terrain. If there is a curious section along this walk, it would definitely be the narrow isthmus separating the Valle del Río Padrón from Arroyo de la Cala; it is a narrow strip of chalky ground which the track follows. On the left, El Padrón proves to be a generous river as its waters are used for gardens and fruit trees, some of them subtropical ones thanks to the mild climate.

    This is one of the most signifi cant rivers in the area, rich in fish and associated aquatic fauna; it also maintains a dense thicket of tamarisks and willows. At times, during the dry season, it disappears because of the many irrigation channels draining it; it reappears lower down, recuperated.

    However, the star feature of the day is the Arroyo de la Cala which you follow for quite a stretch, having to cross it several times which doesn´t pose any particular difficulties. It is quite easy to see Barbel and Chub in its waters when allowed by the depth of the natural pools and the dense vegetation. The name of Camino de los Molinos is due to a series of hydraulic mills which dot the path; some have been restored, some are ruined and one has been used as a swimming pool for a holiday home. They are named using ordinal numbers and you can see the Fifth mill up to the Second one at the last ford of Arroyo de la Cala.

    And as if to claim its importance back, lost at the end of the itinerary, this humble watercourse arrives at the very place which as given it its name: la Cala de Estepona, and constitutes the end of the stage at the Paseo Marítimo.

  • Faune

    Oiseaux

    Le mirador de Casares est l’un des endroits les plus intéressants pour l’observation des oiseaux, d’une part grâce aux montagnes environnantes, qui accueillent une population reproductrice de faucons crécerellettes et aussi plusieurs couples de vautours fauves, et d’autre part pour sa zone urbaine. L’environnement particulier du détroit de Gibraltar nous permet d’observer, près du ruisseau des moulins (arroyo de los molinos), des oiseaux associés aux bords de rivières et aux zones de cultures. Après avoir traversé les flancs de la sierra Bermeja nous repasserons par la rivière mais cette fois sur substrat métamorphique.

    La grande protagoniste de cette étape est la chaine de montagne de nature plutonique, qui nous offre de belles vues y compris sur le continent africain.

    A la fin de l’étape nous passerons vers la rivière de la Cala, à travers laquelle nous arriverons sur la promenade maritime de Estepona, où nous pourrons profiter de la présence d’oiseaux côtiers.

     

    Espèces singulières

    Dés le début nous verrons une grande quantité d’oiseaux dont la présence varie selon la période de l’année. Au printemps et en été le martinet noir, l’hirondelle rustique et l’hirondelle des fenêtres seront les plus fréquents, accompagnés du vautour faucon (fréquent dans la même commune) le faucon crécerelle, le faucon crécerellette, la tourterelle turque, l’étourneau unicolore, l’étourneau sansonnet, le choucas des tours et le moineau domestique. À mesure que nous avançons et nous nous introduisons dans le flysch del Aljibe, la présence de zones de cultures, d’oliviers sauvages et de pistachiers lentisques, faciliteront l’observation de la tourterelle des bois, le rouge-gorge familier, le saxicola torquatus, la grive musicienne, la grive draine, le merle noir, la fauvette à tête noir, la fauvette mélanocéphale, le gobe-mouche gris, la mésange charbonnière, le pinson des arbres, le chardonneret élégant, la tarin des aulnes, le verdier d’Europe, le serin cini et le bruant fou.

    Au ruisseau des moulins apparaissent également le pic épeiche, la bergeronnette grise, la bergeronnette des ruisseaux, le troglodyte mignon, et parfois nous pourrons observer l’agrobate roux, tout comme dans les vignobles que l’on traverse dans le domaine de la ferme del Robledal. Dans cette zone, durant la période de reproduction, il est possible de voir, la fauvette à lunette et le pipit rousseline, alors qu’en général leur apparition est liée à des altitudes plus élevées. De cette zone jusqu’à que ce que nous passions par le hameau de la Acedia se succèdent des collines, parsemées de maisons, dans lesquelles prédominent des chênes et des bois, où à nouveau on trouvera les espèces forestières déjà citées , en compagnie de celles propres aux espaces ouverts : le pic épeiche, le guêpier d’Europe, la huppe fasciée, le geai des chênes, la fauvette à tête noir, la mésange charbonnière et le pinson des arbres, accompagnés du cochevis huppé, du saxicola rubicola et de la fauvette mélanocéphale.

    Une fois arrivés au mirador de Peñas Blancas, nous pourrons profiter d’une vue panoramique sur la sierra Bermeja, un excellent moment pour chercher les oiseaux dans le ciel. Depuis le mirador nous pourrons observer le vautour fauve, le circaète Jean-le-Blanc, l’aigle botté, la buse variable, l’épervier d’Europe, le faucon crécerelle, et avec un peu de chance l’aigle royal. Pendant les époques de reproduction des oiseaux nous pourrons aussi observer le merle noir et la bondrée apivore.

    Ensuite nous continuons vers la rivière Vaquero, a travers laquelle nous entrons dans la sierra, puis nous montons de plus en plus entre pins et chênes , où nous pouvons voir la tourterelle des bois, le torcol fourmilier, le rouge-gorge familier, le merle noir, la grive draine, la fauvette à tête noire, la fauvette mélanocéphale, le loriot d’Europe, la sitelle torche-pot, le grimpereau des jardins, le verdier d’Europe, le chardonneret élégant, la linotte mélodieuse, avec des passéridés et des étourneaux sansonnets aux alentours des maisons. La montée nous conduit vers une esplanade à partir de laquelle on aperçoit une partie de l’itinéraire à parcourir mais elle conduit également au dépotoir de résidus urbains qui sont à l’origine d’une grande concentration d’oiseaux. La majorité sont des laridés (le goéland leucophée, le goéland brun, la mouette rieuse) bien que le héron garde-bœufs et le vautour fauve apparaissent aussi. Durant les périodes de migrations le milan noir et la cigogne blanche se présentent en masse.

    Sur les flancs de la sierra Bermeja nous devons être prudents car les pierres et le sol glissant mettent nos chevilles à rude épreuve. Ici les traces des incendies qu’a souffert cette zone sont évidents, nous croisons peu de pins, uniquement un bosquet comme une île, avant d’atteindre le ravin de l’Enfer (barranco del Infierno). Dans cette zone sont surtout présents le cochevis huppé, le saxicola torquatus, le rouge-queue noir et la fauvette mélanocéphale, puis certains oiseaux de la famille des fringillidés comme le chardonneret, la linotte mélodieuse et le verdier d’Europe. Si nous continuons à ’être attentifs à ce qui se passe dans le ciel nous pourrons apercevoir quelques rapaces que nous avons cités précédemment, en plus des laridés qui sont attirés par les déchets.

    Nous pourrons aussi observer le traquet rieur, le monticole merle-bleu et, avec un peu de chance, nous verrons ou entendrons le hibou grand-duc.

    Aux alentour de la rivière Guadalobón l’abondance d’oiseaux qui sont à la recherche d’eau augmente, c’est un fait spécialement remarquable durant l’été. Après avoir dépassés les pierres et rejoint la route qui relie Estepona à Los Reales de Sierra Bermeja il nous restera encore 10km pour arriver à notre destination. Nous entrons maintenant dans le bassin de la rivière de la Cala qui se compose de zones habitées et de vergers où nous pourrons revoir des chênes et des cistes. Ici nous avons de nouveau une communauté d’oiseaux formée par des espèces forestières et d’autres espèces, qui comme nous l’avons déjà dit, sont habituées à la présence humaine.

    La bergeronnette des ruisseaux et la rousserolle effarvatte nous rappellent que nous marchons près du lit de la rivière, et il ne sera pas rare de voir un aigle botté, une buse variable, un épervier d’Europe ou un faucon crécerelle avant de nous approcher du centre d’Estepona. Nous aurons les avertissements de la tourterelle turque et de l’étourneau sansonnet dès que nous nous approchons des zones habitées. Sur la promenade maritime nous aurons l’occasion d’observer des espèces marines et côtières, que nous avons détaillées dans le texte dédié à l’étape 30.