Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

GR 249. Étape 30: Estepona - Marbella

Découvrez votre scène
Découvrez votre scène

Viens sur le grand chemin

Avec vue sur la mer
Avec vue sur la mer

Parcourez les étapes du chemin du Litoral

Un tour de la province entière
Un tour de la province entière

Un itinéraire pionnier en Andalousie de 739 km

Villages blancs et montagnes
Villages blancs et montagnes

Diversité des paysages tout au long du circuit

Marcher et surmonter
Marcher et surmonter

Un défi personnel dans chaque section

GR 249. Étape 30: Estepona - Marbella
  • Imprimer cette page
  • Facebook
  • Twitter
  • Correo
  • Whatsapp
Type d’étape Lineal
Distance 27100 m.
Temps de marche estimé 7:00 h.
Dénivelé net en mètres 285 m.
Dénivelé cumulé positif en mètres 150 m.
Dénivelé cumulé négatif en mètres 135 m.
Difficulté
Complexité du milieu naturel 1
Dénivelé net 2
Difficultés de déplacement 2
Quantité d'effort nécessaire 4
Classification selon la Méthode d'Information des Excursions (MIDE)
Itinéraire
Résumé de l'étape
Description
Accès
Caractéristiques
Façons de tournée
Cartographie
Communes
  • Avec un tracé qui suit tout le littoral compris entre ces deux localités, le sentier longe la ligne côtière, empruntant ses plages, ses promenades du bord de mer et ses ports de plaisance, accompagné en permanence par la brise douce de la Méditerranée.

     

  • Caractéristiques

    Type de tronçon Longueur % du total
    Longitud Total 27100
    Tronçons en asphalte ou en béton 17100 63 %
    Tronçons de sentier 10000 37 %
  • Façons de tournée

    En ce qui concerne le mode de déplacement au cours des différentes étapes, nous rappelons qu’il est divisé en trois catégories : à pied, à vélo et à cheval. Lorsque nous indiquons que le parcours peut être réalisé à pied, la totalité de l’étape est concernée, toutefois, dans le cas du VTT et du cheval, tout dépendra des restrictions temporaires et des normes municipales, ce qui obligera parfois à choisir des itinéraires parallèles ou alternatifs permettant le passage. Nous rappelons également que certaines étapes accessibles à VTT peuvent se réaliser sur des revêtements irréguliers et comprendre des dénivelés importants pouvant entraîner des difficultés techniques plus ou moins nombreuses.
    • À pied
  • Cartographie

    Il faut utiliser successivement la feuille 1072-I (Estepona), la 1072-II (San Pedro de Alcántara) et la 1065-IV (Marbella).

  • Communes

    Estepona

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

    Marbella

    Où manger

    Cliquez ici

    Où dormir

    Cliquez ici

Lieux de passage

Dans le sens de la marche

Point de passage Ref. UTM / hauteur Distances partielles
1 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

0 m
2 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

3050 m
3 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1250 m
4 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1050 m
5 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

2300 m
6 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

820 m
7 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1700 m
8 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1880 m
9 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

950 m
10 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

870 m
11 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1480 m
12 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

950 m
13 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

2150 m
14 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

2500 m
15 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1300 m
16 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

1550 m
17 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

800 m
18 Ruta Mudéjar (Salares) 30S

x=36.8542807
y=-4.02452919999996

2550 m
Images
Vidéos
Documents
Établissements Grand Sentier
Accessibilité

Information environnementale

L'eau, les fleuves et les rivières
Faune
  • L'eau, les fleuves et les rivières

    Texte original extrait de la version en anglais.

    The existence of so many water courses with considerable flow is due to the presence of Sierra Bermeja. All the important rivers that the traveller has the opportunity to meet at this stage have their origin in the mass of red coloured peridotite rocks. The Río Verde is the longest; it is followed by the three “sister rivers”: Guadalmansa, Guadalmina and GuadaizaOne shouldn´t jump to conclusions about the volume of the watercourses by looking at what amount of water arrives at the beach, at the river mouths; the first river is regulated higher up by a reservoir which supplies this part of the Costa del Sol with water, and the other three are connected to the whole river network through draining channels that contribute to the Río Verde.

    The other rivers and streams have no dams to regulate their courses, although they do suffer losses in the fl ow due to irrigation; similar phenomenon used to occur with the watermills in the past. All of them constitute a separate watershed, the basin of the western Costa del Sol which should be treated as a separate entity, and is situated between those of the Guadalhorce and Guadiaro.

    The prevailing vegetation around the streams usually consists of reed beds so dense at times that are can completely block the watercourse.  Around large rivers there are poplars and tamarisks accompanied by reeds, bulrushes and cattails. The large pools at the mouths of the rivers, where the fresh water temporarily blends with seawater, are quite important as they offer conditions that lead to the greater diversity of aquatic fauna. This is a known fact to the anglers who come to river mouths in search of predatory fi sh, mostly sea bass, as they like to prowl here at night.

    The Padrón, Castor, Guadalmansa and Guadalmina rivers are places declared to be "of European Community Interest” (LIC, Lugares de Interes Comunitario) that is, they receive a special recognition at a European level thanks to their representative ecological values. Each of these zones has an area slightly bigger than 8.30 hectares. One of the species which was behind the special recognition is the European Otter. A large population of these animals usethe beaches as connecting channels between the natural corridors of the banks of the rivers, which actually are very close to one another.

    Obviously, given the permanent nature of the watercourses and the river mouth backwaters, the fi sh population is also signifi cant and, similarly, the population of ducks and kingfi shers. It is recommended that you walk through these sites quietly and you should be able to see ducks, Moorhens and herons quite easily.

    Guadaiza River and Río Verde are also LICs, with the area of 9 and 108 hectares, respectively, representing the last rivers with headwaters situated in the metamorphic rocks which you walk through at this stage. Other streams have a very meagre fl ow and form part of the “urban maelstrom”, thus losing the environmental appeal that characterizes the previous watercourses.

    The Sea Bed

    Speaking of the richness of the coast: the traveller has the opportunity to start the tour in another place of Community Interest called The Sea Bed of the Bay of Estepona (Fondos Marinos de la Bahia de Estepona, 552 has) and pass through another, El Saladillo - Punta de Baños (1755 has). Both areas have been declared of to be of European Community signifi cance because of the existence of vast prairies of Posidonia oceanica, a plant exclusively found in the Mediterranean and which has its westernmost population in the Straits. The meadows of Posidonia are the greatest example of plants which can settle on sandy sea bed, stabilizing it and providing refuge  for numerous zoological species.

    One of the conservation efforts that have been successful in preservation of the coastline and sea bed is the integral purifi cation of waste water. In an area such as the western Costa del Sol this is a tricky issue which, with hindsight, should have been resolved sooner. The complications are caused by the extension of narrow and oblong-shaped populated areas and their high density with hot spots of highly polluting activities. Above all, the biggest problem is the close proximity of houses to the coastline.

    Because of all the above-mentioned factors, there is no choice but to transport the wastewater along the beaches themselves. The Great Málaga Path walker will have a chance to observe many inspection covers and pumping stations; the latter are necessary due to the lack of natural incline at the beach. One of the stations is on the left bank of the river Guadalmansa, little more than one mile from the path, cleaning up 35,000 m3 of water per day and providing service to over 140,000 people.

  • Faune

    Oiseaux

    Cette étape parcourt uniquement des environnements liés au littoral et aux zones urbaines, puisqu’elle se fait en partie sur les promenades maritimes. Il faut aussi traverser quelques urbanisations où se trouvent des pinèdes importantes. Les rivières que l’on traverse, ainsi que les vestiges du cordon des dunes qui persistent encore, apportent une grande diversité à la liste des espèces que nous pourrons voir.

     

    Espèces singulières

    L’étape commence sur la promenade maritime de Estepona, c’est ainsi que nous pourrons observer dès les premiers instants des oiseaux marins et côtiers, ajoutés à ceux propres aux zones urbaines. Nous pourrons les contempler pratiquement tout au long du trajet puisqu’ils sont aussi présents dans les urbanisations qui se trouvent en première ligne de côte.

    Comme nous commençons par les oiseaux du littoral, il est important de remarquer que c’est durant l’hiver que l’abondance d’oiseaux est à son comble, dû aux groupe de laridés qui peuvent être très nombreux. Les espèces les plus fréquentes sont le puffin fuligineux, le goéland leucophée, la mouette rieuse, la fauvette mélanocephale et le goéland d’Andouin, mais on peut aussi voir, pendant les périodes de migration, le goéland railleur et la mouette pygmée puis, avec un peu de chance, la mouette tridactyle qui est associée aux fortes tempêtes hivernales. Occasionnellement, et aussi en hiver, il est possible d’observer quelques exemples de goéland marin, le géant de nos mouettes. Si nous disposons d’un télescope et d’un peu de temps nous pourrons regarder, en hiver aussi, quelques labbes parasites et grands labbes à la chasse aux laridés. Dans le groupe des alcidés nous pouvons remarquer la présence hivernale de pingouin torda, en groupe réduit ou seul. Avec l’aide du télescope nous pouvons également voir des macareux moines. Notre côte est également connue pour les guillemots de Troil qui arrivent parfois après les grandes tempêtes. Les alcidés sont une famille d’oiseaux liée au goéland et aux limicoles (sous-ordre des Charadrii), et qui ont une grande ressemblance superficielle avec les pingouins qui occupent une niche trophique similaire, même si du point de vue taxinomique ils ne sont pas apparentés.

    Nous aurons aussi la possibilité d’observer les différentes sternes, principalement la sterne caugek, qui ont un lien de parenté avec le goéland. Elles nous avertissent de leur présence en hiver avec leurs cris persistents. La sterne caugek se caractérise par son bec noir avec la pointe jaune. Il conviendra d’être attentif à ce détail durant les périodes de migration car même s’ il reste une rareté, la sterne voyageuse se voit de plus en plus fréquemment. Elle a aussi les pattes noires mais son bec est orange.

    La guifette noire et la guifette moustac sont aussi fréquentes durant les périodes migratoires, tout comme la sterne naine, la plus petite de la famille. Nous pourrons aussi observer d’autre espèces liées au littoral comme le grèbe à coup noir, le puffin de Scopoli, le puffin baléar, le fou de Bassan, le grand cormoran, la macreuse noire, le balbuzard pécheur, l’huitrier pie, l’échasse blanche, les trois espèces de pluviers (Pluvier grand-gavelot, pluvier petit-gavelot, pluvier à collier interrompue), le bécasseau Sanderling, le courlis cendré, le courlis corlieu et le tournepierre à collier. De tous ces oiseaux les plus remarquables sont le fou de Bassan, qà la pêche de poisson, le tournepierre à collier et le bécasseau variable. Ils nous accompagneront dans certaines parties de l’étape, toujours à la limite entre l’eau et la rive.

    Le passage de l’étape a travers de nombreux ruisseaux et rivières (la rivière del Padrón, del Castor, Velerin, Guadalmansa, del Saladillo, Guadalmina, Guadaiza, Verde et finalement le Guadalpín), facilitera l’observation de plusieurs autres espèces liées aux zones riveraines, en plus des espèces migratoires qui utilisent ces endroits comme zones de repos tout au long de leurs voyages. Nous recommandons aux observateurs très intéressés de s’arrêter aux embouchures de ces rivières et ruisseaux, car à ces endroits se forment des masses d’eau très attrayantes pour les oiseaux. On pourra y observer le canard colvert, le grand cormoran, le héron garde-bœufs, le héron cendré, l’aigrette garzette, le chevalier guignette, le pluvier petit-gravelot, le martin-pêcheur d’Europe, le guêpier d’Europe, la bergeronnette des ruisseaux, le rossignol Philomèle, le bouscarle de Cetti, la rousserole efarvatte, la rémis penduline et le loriot d’Europe, sans oublier les espèces migratoires durant leurs périodes de passage. Un excellent emplacement est l’embouchure de la rivière Guadalmansa, endroit d’innombrables mûriers qui attirent une grande variété d’oiseaux.

    Enfin, n’oublions pas les oiseaux des nombreuses zones habitées que nous croiserons durant l’étape. Car il faut tenir compte du fait que ces espaces arborés peuvent être comparables dans certains cas, à des zones boisées, puisqu’il y a aussi des vergers. Les espèces les plus fréquentes sont le faucon crécerelle, la perruche moine, le pigeon ramier, le pigeon biset, la tourterelle des bois, la tourterelle turque, la chouette effraie, le petit-duc scops, la chevêche d’Athéna, l’engoulevent à collier roux, le martinet noir, le martinet pale, la huppe fasciée, le torcol familier, le cochevis huppé, l’hirondelle rustique, l’hirondelle rousseline, l’hirondelle des fenêtres, l’hirondelle des rochers, le pipit farlouse, la bergeronnette grise, le rouge-gorge familier, le rouge-queue noir, le saxicola, le merle noir, la fauvette mélanocéphale, la fauvette à tête noire, le pouillot véloce, le roitelet à triple bandeau, le gobe-mouche gris , la mésange charbonnière, la mésange noire, la mésange huppée, le grimpereau des jardins, la pie-grièche à tête rousse, l’étourneau unicolore, l’étourneau sansonnet, le moineau domestique, le pinson des arbres, le serin cini, le verdier d’Europe, le chardonneret élégant, le bec-croisé des sapins, le bruant fou et le bruant proyer.